Un premier billet à 95 000 dollars acheté par un Danois

De la taille d'un avion de tourisme, l'engin baptisé "Lynx" doit pouvoir se propulser aux limites de l'atmosphère par ses propres moyens et effectuer jusqu'à quatre vols d'une demi-heure par jour.

L'équipe américaine qui a mis au point un engin de tourisme spatial biplace a annoncé mardi 2 décembre ses tarifs. 95.000 dollars par vol, dont le premier a été réservé par un Danois qui espère s'envoler aux limites de l'atmosphère vers 2012. La société XCOR Aerospace, dont le siège se trouve à Mojave (Californie, ouest), avait présenté en mars son engin, baptisé "Lynx". De la taille d'un avion de tourisme, il doit pouvoir se propulser aux limites de l'atmosphère par ses propres moyens et effectuer jusqu'à quatre vols d'une demi-heure par jour.

"L'aventure de ma vie"


Lors d'une conférence de presse mardi à Beverly Hills, près de Los Angeles, XCOR a annoncé avoir conclu un accord exclusif de commercialisation avec une agence de voyages, "RocketShip Tours", qui a déjà recueilli 22 réservations, selon son PDG Jules Klar.

Le banquier danois Per Wimmer et son ticket (AFP).

L'entreprise demande 20.000 dollars d'arrhes pour réserver sa place à bord des futurs vols du "Lynx", où le passager sera seul à bord avec le pilote. Ce dernier, également responsable du programme d'essais de l'engin, est l'ancien pilote de navette spatiale Rick Searfoss. Le premier client du programme sera un banquier d'affaires danois de 40 ans, Per Wimmer, un passionné d'espace qui a dit avoir hâte de "vivre l'aventure de ma vie". "Je vais voler à bord du 'Lynx' parce que je veux voir l'espace avec une vue imprenable", a-t-il affirmé.
Le "Lynx" atteint une vitesse ascensionnelle de Mach 2 et une altitude de 200.000 pieds (61 km), permettant à ses occupants de faire l'expérience d'une quasi absence de pesanteur, et surtout d'une vue sur la Terre sans commune mesure avec celle offerte par les avions commerciaux, qui volent à 12 km d'altitude.

Virgin Galactic

L'engin est actuellement en cours d'assemblage dans les hangars de XCOR et devrait effectuer ses premiers vols d'essai en 2010, selon le PDG de l'entreprise, Jeff Green, qui affirme tenir les délais.
Interrogé par l'AFP sur les conséquences que pourrait avoir la récession de l'économie américaine sur son activité, le directeur général de XCOR, Andrew Nelson, a affirmé que des candidats au tourisme spatial n'avaient pas disparu. "Nous sommes très satisfaits de notre situation", a-t-il assuré. Les tarifs dévoilés par XCOR et RocketShip Tours sont à mettre en rapport avec ceux de leur concurrent Virgin Galactic : 200.000 dollars. Cette entreprise du milliardaire britannique Richard Branson vise des vols spatiaux à partir de 2010 depuis le Nouveau-Mexique (sud-ouest) à bord d'un engin de six places capable, lui, de dépasser 100 km d'altitude, soit la frontière de l'espace selon la définition de la Fédération aéronautique internationale.

Plus de 200 réservations.


Selon une étude de marché réalisée par le cabinet américain Futron, le tourisme spatial pourrait représenter une clientèle de près de 15.000 passagers par an en 2025.
La filiale Astrium d'EADS est aussi sur les rangs avec un concept comparable, tandis que six touristes ont effectué des séjours dans l'espace à bord d'appareils russes Soyouz depuis 2001. (Avec AFP)